Maison ossature bois : le guide complet

La maison ossature bois, contemporaine, fonctionnelle, chaleureuse et accueillante, est de plus en plus plébiscitée par les consommateurs responsables d’aujourd’hui qui font le choix d’une maison durable, respectueuse de l’environnement et des générations futures. Si ce type de constructions représentaient que 6% du marché en 2008, les maisons en bois comptent désormais pour un tiers du marché de la construction de maisons individuelles.

Quels sont les avantages de la construction bois ?

La maison ossature bois, une maison écologique : 100% naturel et renouvelable, le bois est le matériau de construction durable par excellence. Issu de forêts gérées de façon responsable, le bois utilisé pour construire les maisons à ossature bois est écologique et participe à la sauvegarde de l’environnement. Par rapport aux autres matériaux de construction habituels, la production de bois demande  moins d’énergie grise : 50% d’énergie de moins que le ciment et 80% de moins que les briques, par exemple. Le bois contribue à réduire la pollution due au gaz carbonique car il stocke pendant sa croissance une quantité importante de ce gaz.

Le bois permet de construire rapidement
Écologique et naturel, le bois est également un matériau particulièrement économique. Si au mètre carré le coût d’une maison à ossature bois est à peu près équivalent à une maison classique, les délais de construction sont souvent inférieurs, ce qui permet de diminuer les frais annexes (loyer, intérêts intercalaires, charges énergétiques et locatives…).

Des chantiers secs et propres qui limitent la consommation d’eau
Non seulement les chantiers de construction des maisons bois ou à ossature bois produisent de faibles nuisances (sonores et olfactives) pour l’environnement mais ils demandent en plus une très faible quantité d’eau en comparaison avec les chantiers de construction classiques. En effet, le plus gros des découpes et assemblages des éléments bois est réalisé en atelier, ainsi, sur le chantier, il s’agit essentiellement du montage des différents éléments. Construire en bois, c’est donc faire le choix d’un chantier sec et propre.

Une plus grande surface au sol
En plus de créer des espaces plus libres avec plus d’ouvertures, la construction à ossature bois permet aussi d’avoir des murs plus fins et donc de gagner une surface au sol non négligeable par rapport à des murs en parpaings ou en briques. En moyenne, les murs à ossature bois ne dépassent pas les 20 cm, ce qui permet de gagner environ 8% de surface par rapport à des murs classiques. Résultat : des pièces plus spacieuses pour une surface au sol équivalente !

De bonnes performances thermiques et phoniques
Les maisons en ossature bois sont bien plus performantes en termes d’isolation thermique : le bois est en effet 12 fois plus isolant que le béton, 350 fois plus que l’acier et 1200 fois plus que l’aluminium. La faible inertie thermique des constructions bois offre un temps de chauffe beaucoup plus rapide que les autres types de bâtiments, même après une longue période d’inoccupation.  Au niveau acoustique, les performances d’isolation du bois sont reconnues car ce matériau peut absorber ou réfléchir les ondes sonores (c’est pourquoi il est utilisé pour la construction d’instruments de musique, de théâtres ou d’auditoriums).

Confort de vie et qualité d’air
Une maison en bois saine et agréable respectueuse de l’environnement mais aussi de leurs habitants, les maisons à ossature bois sont particulièrement agréables à vivre car elles offrent un habitat sain et un climat de bien-être. Grâce aux propriétés du bois, les occupants de la maison jouissent d’un lieu de vie d’une qualité incomparable : les propriétés hygrométriques du bois contribuent à réguler le taux d’humidité de façon naturelle tandis que son caractère isolant permet de maintenir une température ambiante agréable. Par ailleurs, le bois est un matériau respirant qui assainit l’air intérieur de la maison : celui-ci est pur et peu pollué et la prolifération des acariens et de la poussière est limitée. En plus de prodiguer une sensation de chaleur et de confort exceptionnelle, les maisons à ossature bois préservent ainsi la santé de leurs occupants.

D’un point de vue architectural, le bois permet toutes les fantaisies et s’adapte à tous les styles. Nous serons répondre à vos attentes et vous proposer la maison de vos rêves tout en apportant un soin particulier à respecter les grands principes de l’architecture bioclimatique : orientation, compacité, répartition et proportion des surfaces vitrées, emplacement des ouvertures…

La maison à ossature bois : un habitat citoyen
Construire une maison à ossature bois, c’est faire le choix d’un habitat responsable et durable. Dans le respect de l’équilibre Habitat-Santé-Environnement, la construction bois participe à la protection de notre planète et de nos générations futures. Que ce soit au niveau de la production de la matière première ou lors de la construction du bâtiment, l’empreinte écologique de la construction bois est faible. Tout est pris en compte pour limiter au maximum l’impact de la construction d’une maison ossature bois sur l’environnement : depuis l’utilisation efficace des énergies renouvelables et durables, jusqu’à la gestion des déchets du chantier et de ceux engendrés au quotidien au sein de l’habitation. Choisir une maison à ossature bois, c’est un véritable geste citoyen !

Quel est le prix d'une maison ossature bois ?

Prix au m² d'une maison en bois selon la technique de construction

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Maison en bois : à quel prix s’attendre ?

Le prix d’une maison en bois est en moyenne 3 à 5 % plus élevé que celui d’une maison traditionnelle en parpaings. Cependant une construction en bois étant plus performante en termes d’isolation thermique, votre investissement sera rapidement compensé par une forte baisse de vos factures de chauffage (jusqu’à 30 % d’économies sur vos dépenses énergétiques).

Le coût d’une maison en bois peut varier fortement en fonction de divers éléments :la technique de construction en bois, le type de fondations, le type de bois (essence et niveau de qualité du bois utilisé pour la structure, le parement extérieur, et éventuellement intérieur) le recours à un architecte, à un constructeur,les finitions extérieures et intérieures, le système de chauffage, la surface et le nombre d’étages, le prix du terrain.

Coût d'une maison en bois en kit ou en auto-construction

Le coût d’une maison en bois en kit ou en auto-construction est moins élevé (jusqu’à 30 % moins cher), mais implique différentes contraintes : 

  • Nécessité de consacrer plusieurs mois ou années à la construction (au détriment du temps passé avec sa famille, ses amis…)
  • Location ou achat des engins et outils nécessaires à la construction, qui vous coûteront souvent bien plus cher que les tarifs pratiqués pour les professionnels
  • Risque important de malfaçons pouvant avoir de graves conséquences sur la robustesse et la longévité de l’édifice 
  • Quasi-impossibilité d’obtenir une assurance dommage-ouvrage auprès d’un assureur (ou à un prix prohibitif), et donc de vous couvrir en cas de sinistre ou défaut de construction
  • Difficultés à obtenir un prêt auprès d’une banque du fait de l’absence d’assurance dommage-ouvrage(généralement) choix limité de modèles de maisons, sans modifications possibles.

Ce type de maisons en bois doit donc être réservé aux bricoleurs confirmés possédant une certaine expérience ou des connaissances approfondies dans le domaine de la construction.

Maison en bois : combattre les préjugés encore tenaces !

Les maisons en bois souffrent toujours de préjugés peu justifiés. Petit tour d’horizon des idées reçues sur les maisons en bois.

Il est courant de penser que les maisons en bois vieillissent mal. Pourtant, le bois est plus durable que les constructions classiques, et se conserve très bien ! Pour preuve, la plus ancienne maison en bois toujours existante en Europe est en Suisse, et date du 13ème siècle ! 

Une maison en bois demande cependant un entretien spécifique pour limiter le grisonnement peu esthétique qui s’installe au fil du temps. Ainsi, le bois naturel doit être lasuré tous les 3 ans environ, et les bardages devront être repeints tous les 10 ans.

Le bois est naturellement un très bon isolant, qui emmagasine la chaleur pour la restituer progressivement. Il va également se révéler être un très bon régulateur d’humidité, en réduisant la sensation de froid due à cette humidité. Vos besoins de chauffage seront par conséquents diminués et vos dépenses énergétiques s’en ressentiront : une maison en bois peut vous faire économiser jusqu’à 30 % d’énergie par rapport à une maison classique.

La question de la résistance au feu est généralement une des principales réticences face à la construction d’une maison à ossature bois. Cette idée est injustifiée ! Les maisons en bois ne sont pas plus susceptibles de prendre feu que les maisons à construction classique. Elles peuvent même être plus solides en cas d’incendie : le bois est un matériau qui ne se consume que lentement, et qui ne s’effondre pas rapidement, comme le béton par exemple. Il est donc tout à fait possible de prévoir une cheminée ou un poêle dans votre maison en bois, sans risque supplémentaire par rapport à une construction classique.

Il faut savoir que le bois présente une tenue au feu supérieure aux autres matériaux. Il n’effraie d’ailleurs ni les pompiers, ni les assureurs. Ainsi, le bois transmet 10 fois moins vite la chaleur que le béton et 250 fois moins vite que l’acier. De plus, il n’explose pas mais brûle en se consumant lentement et sa teneur en eau entraîne la création d’une croûte carbonisée qui freine la combustion. Enfin, il conserve plus longtemps que les autres matériaux ses capacités mécaniques et de portance. En cas d’incendie, une maison à ossature bois reste donc debout plus longtemps.

Ces propriétés exceptionnelles de résistance au feu font que :

les pompiers sont autorisés à intervenir plus longtemps sous une charpente en bois qu’un autre type de structure,
les assureurs n’imposent aucune surprime pour assurer une maison bois,
de nombreuses collectivités font le choix du bois pour leurs travaux de construction.

La maison en bois ne se limite plus aux chalets de montagne traditionnels ! Aujourd’hui, de nombreux architectes spécialisés vous accompagnent pour créer la maison en bois qui vous correspond : tous les styles sont possibles ! Vous pouvez ainsi faire votre choix dans une multitude de matériaux, réaliser des toitures cintrées, des bardages de couleur … Laissez libre cours à votre créativité !

Les maisons en bois sont-elles plus sonores que des maisons en pierre ? Si les maisons en ossature bois pouvaient être bruyantes il y a quelques temps. Aujourd’hui, les constructeurs utilisent des matériaux performants pour limiter la propagation des bruits par les sols. Il y a alors la possibilité de poser des plaques acoustiques ou des isolants très épais. Le CLT peut être aussi une solution, mais il est plus onéreux. 

Outre le feu, il est un danger qui peut effrayer les futurs acheteurs d’une maison bois ou ossature bois : les insectes. S’il est vrai que les termites, capricornes et autres parasites xylophages peuvent faire de véritables ravages, on n’a pourtant jamais vu ce type d’insectes dévorer une maison ! Aujourd’hui, les techniques de traitement permettent non seulement d’assurer une protection efficace et définitive contre ces nuisibles mais aussi de préserver l’environnement.

La plupart des essences de bois utilisées en construction ne craignent naturellement pas les insectes xylophages. Pour les autres, des traitements certifiés et une mise en œuvre de qualité des éléments de construction en bois permettent de prévenir toute attaque.

On peu penser que les assureurs sont peu emballés par les projets de construction de maison en bois. Pourtant, le choix du bois en tant que matériau de construction n’aura aucun impact sur le tarif de l’assurance dommages-ouvrage que vous devez impérativement contracter avant l’ouverture du chantier. Pour l’assurance habitation classique, les maisons en bois sont au final plutôt appréciées des assureurs, et notamment en cas d’incendie. Une maison en bois en effet ne sera pas à démolir après un incendie, puisque le bois va sécher, alors que le béton sera fragilisé par l’eau utilisée pour stopper le feu.

Quels sont les types de maisons en bois ?

La construction de maison en ossature bois repose sur des techniques de construction ancestrales. Nous recensons aujourd’hui dans 4 principaux types de maisons en bois :

Maison ossature bois (MOB)

Les murs d’une construction à ossature bois, quelle que soit la technique empruntée, sont constitués d’une succession de matériaux (sous forme de panneaux ou de films). Ils ont chacun un rôle déterminant pour la stabilité, l’étanchéité à l’air et à l’eau et l’isolation. Côté extérieur, conformément à l’actuel DTU 31.2 (maisons et bâtiments à ossature bois), le mur est composé en premier lieu d’un de contreventement, ou “voile travaillant” (panneau de particules, de contreplaqué ou d’OSB) qui assure la rigidité de la structure constituée d’un ensemble de montants de hauteur d’un étage et de traverses de bois assemblées par clouage.

Derrière ce panneau côté intérieur, on place un isolant entre les montants d’ossature (espacé en général de 60cm) en panneau rigides, semi rigides ou en rouleau. Il sera recouvert d’un film pare-vapeur (ou frein-vapeur, assurant l’étanchéité à l’air. Vient enfin le parement intérieur, (plaque de plâtre, lambris…) posé sur une ossature bois secondaire derrière laquelle on laisse fréquemment un vide technique.

De l’autre côté, on place un éventuel isolant par l’extérieur, puis un pare pluie sauf si les panneaux isolants assurent déjà cette fonction. Enfin, le parement extérieur : enduit sur les panneaux isolants, parements ou bardage ventilé quelque soit sa nature.

Une fois les murs montés, un plancher d’étage permettra d’accueillir des niveaux supérieurs sachant que pour cette technique, la limite fixée par les règles de l’art est de 28m de hauteur.

Prix moyen d’une maison à ossature bois : 1 300 à 2 200 € / m² (hors terrain)

La maison en bois massif empilé ou chalet

C’est une technique de construction très ancienne qui consiste à empiler des rondins, calibrés ou non, ou des madriers. Souvent associé aux chalets d’alpage, ce système constructif permet pourtant de construire des bâtiments très contemporains, d’autant plus que les angles saillants peuvent être masqués. La difficulté de gérer l’étanchéité à l’air a poussé de nombreux constructeurs historiques à associer le bois massif à une ossature bois isolée (soit côté intérieur, soit côté extérieur), ou à mettre en œuvre des madriers en bois contrecollé (non tassant), mais certains – et même certains fustiers – ont démontré la validité du bois empilé pour la RT2012, en utilisant des joints adaptés entre chaque rondin ou madrier. Le phénomène de retrait et de tassement propre à ce type de construction nécessite d’être anticipé, notamment pour toutes les menuiseries.

Avantages : Le bois massif apporte une sensation de bien être qui n’est pas caractérisé dans les calcul thermiques. L’inertie du bois massif assure un excellent confort d’été. Qui dit plus de bois dit plus de carbone piégé. Pas de parement intérieur (et/ou extérieur selon les types c construction) nécessaire.

 

Inconvénients : Le coût est plus élevé car le volume de bois mis en œuvre est bien plus conséquent qu’une ossature bois. La présence d’angles saillants rend parfois difficile l’obtention du permis de construire, (on peut les masquer). Les chantiers sont plus longs.

Prix moyen d’une maison en bois empilé : 1 600 à 2 500 € / m² (hors terrain)

La maison ossature bois poteau poutre

La technique de l’ossature poteau-poutre est une descendante de nos constructions à co­lombage où l’ossature des murs reste visible. Les maisons construites selon cette méthode se reconnaissent à leurs poteaux porteurs tous les 2,5 à 5 mètres qui, contrairement à l’ossature plateforme, courent sur toute la hauteur de la maison : du sol au faitage.
Les bois employés sont de grandes portées. Ici encore ce sont des résineux qui sont utilisés, de forte section, et donc de plus en plus sou­vent en lamellés-collés, puisque cette tech­nique permet d’obtenir des sections dont les portées dépassent celles que la nature nous autorise. Les assemblages se font bois contre bois avec des poutres principales ou secon­daires doubles.

La technique peut s’associer à des panneaux à isolants épais, des murs maçonnés en brique, béton cellulaire, terre-pisé ou terre-paille, madriers empilés … toutes les solutions de remplissage sont possibles. Les poteaux verticaux soutiennent des poutres de belle section qui à leur tour portent le solivage du plancher.

Préparé en atelier, le squelette de la mai­son est monté en quelques jours. Les fortes sections des bois, visibles de l’intérieur, permettent de très grandes baies vitrées du sol au plafond et une architecture très aérée puisque les planchers intermédiaires ne sont plus nécessaires à la solidité de l’ensemble (cas dans une ossature plateforme). La technique du poteau poutre, avec ses grands volumes intérieurs, autorise des mezzanines et puits de lumière. La durée du chantier de ce type de maison est plus longue et son prix de revient est plus élevé que celui de l’ossature bois plateforme. Il n’y a pas de limite de hauteur avec cette technique de construction (DTU 31, charpente bois).

Avantages : La technique d’ossature poteau-poutre per­met d’alléger la structure grâce à des sections plus importantes. Cet allègement de la struc­ture autorise plus d’originalité dans la forme de la construction. Verrières, puits de lumière, vide sur séjour ou mezzanine sont tout à fait concevables avec cette technique. Idéal pour l’intégration de grands vitrages.

Inconvénients : Le coût : ce mode constructif, moins standardisé et faisant appel à des bois de grandes sections, est plus coûteux que la version plateforme. Si la préfabrication des différents composants est évidente, la préfabrication 3D l’est beaucoup moins et l’assemblage se fera sur chantier.

Prix moyen d’une maison en bois poteaux-poutres : 1 700 à 2 500 € / m² (hors terrain)

La maison à panneaux de bois massif

Composé de couches de bois massif croisées, elles-mêmes constituées de lames aboutées dans le sens de la longueur et de la largeur, à l’image du bois lamellé. Ces couches peuvent être associées entre-elles soit par collage, soit par clouage ou encore par tourillonnage.
Ainsi formé, le panneau de CLT n’est pas sujet aux variations dimensionnelles. C’est le ma­tériau roi des bâtiments de grande hauteur qui se construisent un peu partout en France sous l’impulsion de l’association Adivbois. Découpés sur mesure en atelier par des ma­chines à commande numérique, les panneaux arrivent sur le chantier, prêts à être assem­blés à l’aide d’une grue. Ils permettent donc des chantiers secs, rapides et précis, sans dé­chets, ce qui se traduit en économie de temps et de budget. Leur légèreté (4 fois moins lourd que le béton) permet de réduire le dimension­nement des fondations, de construire en zone sismique ou encore d’envisager avec facilité des surélévations.

Sur le chantier, le panneau apporte à lui seul une réponse à la problématique de l’étanchéité à l’air du fait de la continuité de la paroi : la pose d’un frein-vapeur est superflue. Sa préfabrication permet d’anticiper les ouvertures mais également le passage des gaines techniques, sans compromettre ses qualités structurelles ou thermiques.

Le panneau massif est généralement laissé visible côté intérieur, (face brossée, poncée, sans nœuds … ). Ouvert à la diffusion de va­peur, il participe à la bonne régulation hygros­copique du bâtiment. Comme le bois lamellé, il est très faiblement émissif en formaldéhyde (le bois l’est toujours un peu), et fait partie des matériaux sains, classés E 1, même dans sa version collée (le plus souvent colle polyu­réthane). Certains fabricants sont labellisés Natureplus.

Avantages : pas de parement intérieur à prévoir. Très haut niveau de préfabrication et de pré­cision. Pas de ponts thermiques car isolation par l’extérieur. Construction possible en zone sismique. Une offre française à la pointe.

Inconvénients : un coût supérieur à l’ossature bois (à relativi­ser selon le parement choisi pour la com­paraison), surtout à l’échelle d’une maison individuelle.

Prix moyen d’une maison en bois lamellé-croisé (CLT) : 1 400 à 2 500 € / m² (hors terrain)