Quel enduit pour ma maison en ossature bois ?

Réaliser une maison avec une ossature en bois présente un gros avantage : celui de pouvoir combiner sa construction avec d’autres matériaux selon les besoins, les coûts, les goûts et le projet à réaliser. Il existe par ailleurs différentes façons de réaliser l’enduit de sa maison en bois, avec à chaque fois des techniques et des avantages bien particuliers, et présentant des coûts très divers. Faisons ensemble le point sur trois types d’enduits pour votre maison à ossature en bois.

La chaux est un matériau très apprécié pour réaliser un enduit sur une maison à ossature en bois. En effet, la chaux est un matériau qui respire mais qui permet pourtant une grande étanchéité. On la trouve sous deux formes : la chaux calcique ou la chaux aérienne. Calcique, la chaux est fabriquée à base de calcaire ou d’argile. Aérienne, elle neutralise les odeurs. Sa grande particularité est qu’elle contribue à lutter contre la moisissure et les champignons, mais nécessite un temps de séchage qui peut être parfois long. Pour offrir à sa maison un enduit à la chaux, comptez entre 40 € et 80 € du m².

Le crépi quant à lui est un matériau qui donne une allure très moderne à votre maison à ossature en bois et contribue largement à son isolation. Parfaitement adapté à une maison en bois, ce type d’enduit donne beaucoup de cachet à la construction et offre l’avantage d’être très imperméabilisant. De plus, ses performances isolantes et imperméabilisantes lui permettent de favoriser l’évacuation de la vapeur d’eau. Le crépi peut être taloché, gratté ou projeté, c’est à vous de choisir la méthode qui vous convient en fonction du résultat souhaité. Pour une maison à ossature en bois, la pose du crépi peut se faire dès la fin des travaux. Pour opter pour ce type d’enduit, il vous faudra compter entre 40 € et 60 € du m².

Le torchis est un type d’enduit à base de paille et d’argile. Très isolant, le torchis est un matériau vraiment solide, souple et résistant face au temps, mais aussi, il est vraiment très économique puisqu’il faut compter environ 35 € du m². Ses avantages sont nombreux, et en plus d’être écologique et naturel, c’est un parfait isolant thermique et phonique. Le torchis se distingue en deux catégories : le torchis lourd, composé de beaucoup de terre et de peu de paille, et le torchis allégé, composé de beaucoup de paille et de peu de terre. De manière générale, le torchis permet une belle performance énergétique, il permet de conserver la chaleur l’hiver et la fraîcheur l’été, il est très isolant et empêche l’ossature de pourrir.

Si ces méthodes d’enduits traditionnels possèdent un grand nombre d’avantages, tant sur le plan financier que sur le plan pratique ou en termes de solidité, il faut toutefois noter que la réglementation apporte des précisions supplémentaires quant à la façon dont il est possible de les utiliser. En effet, on trouve sur internet des informations comme les suivantes : « Le DTU 26.1 (norme NF P-201) de Mai 1990, portant le titre « Enduits au mortier de ciment, de chaux et de mélange plâtre et chaux aérienne » précise les règles de l’Art à respecter concernant la préparation et l’exécution des enduits traditionnels. », ou encore la NF EN 459-1-2-3 d’octobre 2002, « Chaux de construction » qui fixe la terminologie correspondante aux différentes chaux naturelles, donne leur classe de résistance en fonction de leur résistance mécanique et d’un minimum de taux de chaux libre à respecter. La NF EN 998 de décembre 2010 quant à elle, donne des « Définitions et spécifications des mortiers pour maçonnerie ». Il est donc indispensable de prendre connaissance des ces normes avant toute application.