Scroll to top

Quelles finitions extérieures pour une maison ossature bois ?

Une ossature bois présente de nombreux avantages. Les murs fabriqués en atelier de menuiserie ne seront pas soumis aux intempéries durant leur construction et leur mise en place pourra être plus rapide. Mais elle permet surtout de faire des agrandissements facilement.

Ce type d’ossature est construit à partir de montants verticaux où sont fixés des panneaux de particules de bois sur lesquels sera appliquée la finition extérieure.

Il existe deux grandes possibilités de finitions pour une maison à ossature bois : l’enduit ou le revêtement.

 

L’ENDUIT POUR UN RENDU PLUS ESTHÉTIQUE

Un enduit s’applique sur des plaques de polystyrènes ou dans certains cas sur de la fibre de bois, l’enduit protége tout en décorant.

On distingue plusieurs types d’enduits :

  • Le crépi : il donnera un aspect moderne à la façade. Il présente aussi l’avantage d’être un bon imperméabilisant, résistant aux intempéries. Il garantie surtout une importante isolation thermique. Il est également disponible dans un grand nombre de coloris et de matériaux (résine, minéraux, silicone ou encore acrylique). Il ne demande pas d’entretien spécifique mis à part un nettoyage à l’eau de temps en temps. En revanche il est sujet aux fissures.
  • Les techniques de pose varient entre le taloché et effet vieilli, le graté pour une façade lisse et moderne ou le projeté, rapide à poser ;
  • La chaux : cette matière est particulièrement utilisée car elle laisse la façade respirer tout en étant étanche. Il existe deux grands types de chaux : hydraulique naturelle avec de l’argile et aérienne composée de calcaire. On préféra la chaux  hydraulique, plus adaptée à l’extérieur ;
  • Le torchis : Il se compose de terre, de paille ou de copeaux de bois et de sable. Si cet enduit peut paraitre dépassé, il connait actuellement un regain car peu cher,  respectueux de l’environnement et très isolant.

 

LE REVÊTEMENT EN BOIS POUR PLUS DE RÉSISTANCE ET D’ISOLATION

Le revêtement en bois permet non seulement de donner du caractère à une façade mais il ajoute également une couche isolante. Parfaitement adapté aux ossatures bois, il est résistant aux chocs et intempéries. Il existe plusieurs sortes de revêtements :

 

LE BOIS NATUREL :

  • Le bardage en bois massif garde un charme authentique mais a tendance à devenir gris avec le temps. Selon l’essence, il va être résistant ou non aux intempéries (dans ce cas privilégier le Mélèze, Red Cedar ou Pin Douglas). Le bardage bois demande de l’entretien, il est conseillé d’appliquer une lasure tous les 3 ans afin de le protéger de l’humidité et de la chaleur ;
  • Le bardage en lames peintes nécessite moins d’être entretenu. Il suffit de le repeindre tous les 10 à 20 ans ;
  • Le bois broyé résine est très résistant à la chaleur, à l’humidité et aux thermites ;
  • Le lamellé collé se présente sous la forme de lames de bois collées sous pression. Elles ont l’avantage de permettre des dimensions plus importantes que sur un bardage en bois standard.

 

LE BOIS TRAITÉ :

Pour contrer la dégradation du bois, il est possible de le traiter. Il existe deux principales solutions de traitement.

  • La rétification : ce traitement thermique renforce la résistance du bois aux intempéries. Il consiste à chauffer progressivement le matériau jusqu’à très haute température.
  • L’autoclave : cette technique revient à appliquer un produit de préservation dans le bois. Elle permet une très grande résistance en cas de conditions climatiques difficiles.

 

LES MATÉRIAUX COMPOSITES :

  • Le bardage en PVC est facile à entretenir et vieillit mieux que les matériaux naturels. Il a surtout l’avantage d’être peu cher et de ne nécessiter aucun entretien spécifique en dehors d’un nettoyage à l’eau ponctuel.
  • Le bardage en fibre de bois est surtout apprécié pour son coté écologique. Son mélange sans colle ni solvant ne gonfle pas avec l’humidité.
  • Le bardage en fibre de ciment est composé de cellulose, de silice et de ciment. Très résistant au gel et au feu, il est disponible dans une large gamme de teinte. Sa pose est facilitée par un système de visse / clous en lame ou en panneaux. Il ne requiert aucun entretien et peut être repeint si l’on souhaite. Cependant, de par sa composition c’est l’alternative la moins écologique.
  • Le bardage métallique (en zinc) remplit deux fonctions : esthétique et isolante. Ce matériau est résistant aux variations thermiques et à la corrosion. Tout comme le ciment, il ne demande pas d’entretien.
  • Le bardage en bardeaux se met en place sur la base de petites planches de bois clouées sur une ossature secondaire. Si le rendu est original, son travail de pose est long et fastidieux.

 

AUTRES :

  • Les panneaux en contreplaqué : leur usage est complexe car les panneaux doivent répondre à des normes de qualité : ils doivent être adaptés à l’extérieur. Il est donc conseillé de bien  vérifier la présence de la mention CTB-X ;
  • Les ardoises naturelles ou en ciment : la pigmentation concentrée du ciment garantie une préservation plus longue de la coloration.
  • Les plaquettes de parements en terre cuite, pierre ou béton : elles donnent un style traditionnel aux façades. Différents aspects et coloris sont disponibles mais c’est un matériau très fragile. Il faut prévoir de les fixer au préalable sur un mur de doublage en maçonnerie.

Le + : Les murs végétaux constituent une alternative de revêtement originale pour un pan de façade. Très en vogue actuellement en milieu urbain, ils protègent de l’humidité et de la pollution tout en étant un élément de décoration.